L’imaginaire francophone en péril !

Je ne vais point être originale avec le titre de cet article puisqu’il s’agit, ni plus, ni moins,  de l’appel d’un très bel article publié par Zahardonia et relayé par Méli du Bazar de la littérature sur sa vidéo du Wild Pal Challenge.

Je vous renvois donc vers les liens de ce petit chapeau introducteur pour que vous puissiez prendre connaissance des difficultés que rencontre le monde de l’édition dernièrement et encore plus les petites structures éditoriales, en ce qui me concerne, au niveau de l’imaginaire. Je suppose que cela doit également arriver pour d’autres genres littéraires.

Pour faire court et vous tenir au courant, ces petites structures qui abreuvaient nos soifs d’imaginaire en proposant à des auteurs français méconnus d’être sur le devant de la scène commencent à se tarir et petit à petit fermer leurs portes. Qu’est-ce que cela implique me direz-vous ? Tous simplement la mort de ces structures, des personnes qui sont derrières (je parle bien de tous les acteurs) et la réduction drastique des choix qui nous sont proposés.

Je peux bien de chose à ce niveau là à part d’essayer à ma mesure d’aider ces structures.

Je participe donc au Printemps de l’imaginaire Francophone (#PIF) qui cette année met l’accent sur les petites maisons d’éditions. Je vous renvois vers l’article précédemment cité ainsi que sur cet autre article qui recense les maisons d’éditions.

J’adore les paliers crées et je choisis d’être un scientifique fou avec au moins 6 lectures. Vous m’aiderez peut-être même à sortir quelques ouvrages de mes étagères.

 

 

 

Publicités